Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

RockallSeaBird

Bienvenue à bord ! Des livres, De belles histoires, De la convivialité partagée...

Gilbert Cesbron

GILBERT CESBRON




 


Quelle est la personne aujourd'hui qui n'a pas lu un livre de Gilbert Cesbron ?


Écrivain français né à Paris en 1913, d'inspiration catholique, (décédé en 1979)

Presque tous ces livres se sont vendus à plus d'un million d'exemplaires :

« Chiens perdus sans collier » : 3 982 000 exemplaires ; « Notre prison est un royaume »:
1 299 000 ex ; C'est Mozart qu'on assassine : 1 183 000 ex

 

Quelques informations sur Gilbert Cesbron :

 

Après des études au lycée Condorcet à Paris, puis à l’École des sciences politiques, il se destine à une carrière dans la radio activité qu’il mènera en parallèle avec sa passion d’écrivain qu’il débutera en 1934 par un recueil de poèmes : Torrent.

 

Son premier roman paraît en Suisse : Les Innocents de Paris en 1944 et obtient un véritable succès qui lui offrira le prix de la Guilde du Livre, la même année.

 

Sa notoriété s’affirme en 1948 avec Notre prison est un royaume qui reçut le prix Sainte-Beuve, ainsi qu’avec sa pièce la plus célèbre, également adaptée à la radio et à l’écran : Il est minuit, docteur Schweitzer, publiée en 1952.

 

C’est avec une tendresse et une sincérité évidentes que Cesbron se penche dans ses écrits sur la misère, la souffrance, les classes les plus défavorisées ; il parvient par le choix des sujets qu’il aborde à se faire apprécier d’un vaste public.

 

Dès 1972, il se tourne vers l’action sociale et monte à la tête d'oeuvres humanitaires, telles que le Secours Populaire Français. Il reçut, en 1978, le Prix de la Ville de Paris pour l’ensemble de son œuvre et mourut en 1979, à l’âge de 66 ans. Il avait reçu le prix Prince-Pierre-de-Monaco en 1962.

 

Ses romans sont caractérisés par une intention de pénétrer la réalité de la société contemporaine avec la conception d’un catholique pratiquant qui souhaite « évoquer la morale sans se prétendre moraliste », ainsi qu’il le disait lui même.

 


 

« Chiens perdus sans collier » (1954)

-

Un livre d'actualité ....

 

 

« Alain a été placé chez des fermiers qui le maltraitent. Il s'enfuit après avoir mis accidentellement le feu à la grange. Il est retrouvé, et comparaît devant le juge pour enfants, Julien Lamy, qui décide de le placer dans un centre d'observation ».

 

L'action se déroule en région parisienne dans les différents endroits qui représentent la vie de ces jeunes délinquants : la rue, l'hôpital, le tribunal, le poste de police, les hospices servant de centre de tris ou de transitions et principalement le centre d'éducation spécialisée ( ici Terneray ).
L'auteur traite ce sujet avec simplicité, humour, naïveté comme s'il était vu par les yeux d'un enfant. Le style est familier et parfois très réaliste afin de nous faire ressentir le mal-être, les contradictions, les émotions auxquels sont confrontés ces enfants. A travers son roman il met en valeur le rôle de la famille voire de la société toute entière sur la délinquance d'un jeune, le dévouement et l'implication des différents professionnels, ainsi que des bases de techniques éducatives...

 



 

« L'enfance et l'adolescence, dans les zones dites sensibles, aujourd'hui nous interpellent. Comment ne pas rendre le plus vibrant hommage à Gilbert Cesbron qui, bien avant cette immense perte de repères a su mettre en relief la détresse, le désespoir, l'amertume, l'incompréhension, mais aussi la prodigieuse capacité de réactivité, de ces chiens perdus sans collier. Un message d'amour, de créativité et d'espérance »

 



 

« Notre Prison est un royaume » (1948 )

 


 

Résumé du livre :

 

 

Le Roman commence sur la dernière semaine des vacances d’été. On fait connaissance avec François Voisin, le personnage principal de ce roman. François a 3 amis, qu’il se réjouit de retrouver à la rentrée, Pascal Delange, son meilleur ami qu’il admire énormément, Jean-Jacques Hardrier, dit Rouquinoff, et Alain Fauchier-Delmas. À eux 4, ils se considèrent comme les 4 mousquetaires.

 

Quelques jours avant la rentrée, François se rend au lycée pour voir les listes des classes. C’est là qu’il revoit le concierge du lycée, toujours défini par « pch pch pch » une façon de montrer qu’il est portugais et qu’il parle avec un accent. C’est également ce jour-là que François revoit Alain, qui lui fait découvrir une cave, sous le bureau du proviseur, une cave qu’ils vont aménager à leur manière avec des tapis, des coussins, mais surtout avec des bouteilles et des cigares qui vont leur apporter passablement d’ennuis. François la nomme Bételgeuse, en hommage à Pascal qui rêve d’un bateau qui s’appelerait Bételgleuse. C’est l’une des nombreuses fois où on peut s’apercevoir de l’admiration de François pour Pascal.

 

Et puis, c’est la rentrée, nous sommes le 1er octobre et c’est surtout la routine qui revient. Les amis se retrouvent et reprennent leurs petites habitudes des années passées, pourtant, l’un des 4 Mousquetaires manque à l’appel, c’est Pascal Delange. Les 3 amis sont inquiets, mais ne s’en préoccupent pas plus que ca. Dans le même temps, arrive un nouvel élève, Fieschi, qui se place à la place de Delange. François le détestera immédiatement. Les règles du lycée sont très vite « enseignées » au nouveaux par les anciens, dont François, Jean-Jacques et Alain font notamment partie. Fieschi s’impose immédiatement dans la classe en refusant de se faire attribuer un surnom comme tous les autres, c’est ce qui le démarquera toujours. Ce même jour, le censeur vient dans leur classe donner un rendez-vous dans le bureau du proviseur aux 3 Mousquetaires. C’est là que le début de « l’aventure » du roman commence. Ils apprennent que leur ami Pascal vient de mourir. Un banal accident d’après le proviseur, mais François apprend par la bonne de Pascal, le jour de l’enterrement, que son meilleur ami n’a pas eu un accident, mais qu’il s’est suicidé. C’est le choc. Évidemment, François le confie à ses deux amis, c’est là qu’ils décident d’aller voir le père de Pascal pour savoir les raisons de son acte. Le père de Pascal est Colonel dans l’armée, il leur faut donc se rendre à la caserne où ils se perdent et finissent par renoncer à trouver leur homme. Pourtant, François, dont Pascal était quand même le meilleur ami, refuse de laisser tomber et compte toujours découvrir ce qui a poussé Pascal à se suicider.

 

La vie au lycée continue malgré ces événements difficiles pour les 3 amis, notamment, les traditionnelles rivalités entre classes qui finissent par des bagarres générales et surtout des heures de colle. Le jour de la colle générale est un événement important, François décide d’aller au cimetière, sur la tombe de Pascal. Là-bas, François se met à pleurer sur la tombe de son ami, mais se ressaisit rapidement, ca n’aurait pas plu à Pascal de le voir ainsi pense-t-il. En partant, il aperçoit Couderc, son professeur de français, détesté du vivant de Delange qui s’approche de sa tombe. Nouveau mystère. François est de plus en plus triste et comprend de moins en moins. Un corbillard qui redescend du cimetière lui propose de le ramener jusqu’à la grille et c’est l’une des conversations inopinées que François a durant le roman qui lui permet de grandir, de comprendre le sens de la vie et d’avancer un peu, sans forcément oublier sa peine. Dès lors, François veut savoir ce que Couderc a à voir avec Delange. Évidemment, ses 2 compagnons sont mis au courant et décision est prise d’aller parler au petit frère de Delange dans son petit lycée qui était le leur autrefois. Le lendemain, le concierge vient remettre un mot à Couderc durant son cours. Ce billet l’accuse d’être responsable de la mort de Delange car quelques jours avant sa mort, Delange avait eu une grave dispute contre son père à cause de Couderc. En effet, celui-ci maintenait un zéro pointé en français, seule branche faible de Pascal, ce qui le ferait redoubler et ce que son père n’acceptait pas, un point éclairci sur la mort de Delange. Couderc culpabilise, mais refuse d’admettre qu’il a fait une erreur. A la rentrée des vacances d’hiver, Alain se fait renvoyer du lycée après le boycott organisé dont il est l’auteur, d’une cérémonie importante dans l’établissement. Alors qu’un de ses professeurs doit le ramener chez lui, Alain s’arrange pour lui faire prendre un mauvais train et ils se retrouvent tous les deux au Havre, au bord de la mer. Grave erreur, la mer a toujours été le rêve de son prof qui est fou de joie au lieu de lui faire la morale. Il est d’ailleurs tellement heureux qu’il fait réintégrer le lycée à Alain le lendemain même.

 

Un jour pourtant, la mère de Delange vient voir les Mousquetaires au lycée. Voilà 6 mois que Pascal est mort et elle aimerait avoir ses amis à lui avec elle ce jour-là. François est le seul à pouvoir s’y rendre et c’est lors de cette commémoration que François rencontre la cousine de Pascal qui fut l’un des éléments clés de sa mort car il en était amoureux. Pourtant la réaction inattendue de la mère de Voisin le surprend, elle semble résignée alors que François a vraiment besoin de comprendre. Il s’enfuit alors de chez eux. Mais sur le chemin il rencontre l’ancienne bonne de Pascal qui lui fait lire le journal que Pascal tenait, montagnes de révélations qui vont permettre à François de comprendre ce qui a poussé son ami à se suicider 6 mois plus tôt. La question qui a détruit Pascal était « Est-ce que j’existe ? », le vrai sens de la vie. Sa famille, ses amis et tous les événements qui précédèrent le jour de sa mort ne furent qu’un amoncellement de petits détails qui le persuadèrent d’en finir. Ce sont toutes ces révélations qui permettront à François de faire le deuil de son ami et de se tirer une vraie leçon de vie de la mort en vivant les derniers instants de Pascal comme lui les a vécus. »

 

« Dans ce roman, on est confronté à 4 adolescents de 15 ans qui découvrent la vie chacun de leur façon. Comme tous les ados, certains sont plus naïfs, d’autres plus précoces et ils vivent ces étapes de leur existence comme des aventures extraordinaires. François en particulier se sent encore un enfant et ne le supporte pas, il voudrait être un homme comme Alain ou Jean-Jacques, bref il complexe »

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

RockallSeaBird

RockallSeaBird vous propose un vaste choix de livres neufs ou d'occasion. Les livres que nous vendons sont à un prix modéré comme nos frais d'envoi. Nous pouvons aussi acheter vos livres si ils vous embarrassent, nous saurons leur redonner vie
Voir le profil de RockallSeaBird sur le portail Overblog

Commenter cet article