Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

RockallSeaBird

Bienvenue à bord ! Des livres, De belles histoires, De la convivialité partagée...

BIO-MEDECINE : Une "super-souris" aux capacités décuplées

BIO-MEDECINE :

Une "super-souris" aux capacités décuplées

LE MONDE | 03.11.07 | 14h54•Mis à jour le 03.11.07 | 14h54

Article paru dans l'édition du Monde du 04.11.07 (remis en forme par Cargo du Soir)


EVENEMENT SCIENTIFIQUE :

Prochainement publié par la revue hebdomadaire américaine Journal of biological chemistry : une équipe de la faculté de médecine de Cleveland (Ohio), dirigée par Richard Hanson, y détaille l'augmentation spectaculaire des performances de souris génétiquement modifiées par ses soins.

LES FAITS OBSERVES :

L'amélioration de leurs capacités à courir s'explique par leur consommation d'oxygène, plus élevée de 40 %, et leur faible production d'acide lactique, fruit de la consommation du glucose par les cellules musculaires, dont l'accumulation entraîne les crampes.

Ce n'est pas tout : si les souris créées par l'équipe de Richard Hanson mangent 60 % plus que les animaux servant à la comparaison, leur poids est deux fois moindre. Leur taux de graisse corporelle est beaucoup plus réduit : deux à trois fois moins que les rongeurs normaux.

A cela s'ajoutent une longévité supérieure et un vieillissement ralenti : à l'âge de deux ans et demi (une souris peut vivre de deux à quatre ans), les animaux de la lignée génétiquement modifiée couraient deux fois plus vite que des animaux témoins âgés de six à douze mois.

LE MODE OPERATOIRE :

L''idée initiale: une modification des traits génétiques portant sur les facultés de synthèse des enzymes mises en jeu dans le métabolisme des cellules musculaires

L'ensemble de ces modifications est lié à la surexpression dans le muscle squelettique d'un gène, celui de l'enzyme "phosphoenolpyruvate carboxykinase cytosolique" (PEPCK-C). Cette enzyme est impliquée dans la synthèse du glucose, le carburant des cellules, et du glycérol, qui se trouve dans les graisses.

Voulant étudier le métabolisme énergétique, les chercheurs de Cleveland se sont logiquement tournés vers cette enzyme clé. Ils ont créé, voici quatre ans, un gène chimérique en combinant un brin d'ADN correspondant à la séquence codant la production de la PEPCK-C et un gène promoteur de l'actine alpha squelettique, une protéine essentielle pour la contraction musculaire.

L'action complémentaire: une sélection génétique des individus

Les premières souris transgéniques exprimaient ce gène dans leurs muscles à un niveau d'une à trois unités par gramme de tissu musculaire. Les chercheurs les ont fait se reproduire entre elles pour obtenir des souris atteignant un niveau de neuf unités par gramme de muscle. Ce sont ces descendants présentant une surexpression du gène PRPCK-C qui ont été étudiés.

Une action surprenante :

Les auteurs soulignent qu'"il est remarquable que la surexpression d'une seule enzyme impliquée dans la voie métabolique puisse entraîner une modification si profonde du phénotype de la souris".

Les points restant à élucider :

  • - déterminer la nature des modifications du cerveau des souris transgéniques, à l'origine de leur comportement particulier,

  • - expliquer pourquoi l'accroissement de leur longévité s'accompagne d'un apport alimentaire fortement augmenté, alors que les études avaient jusqu'alors montré qu'à l'inverse, l'accroissement de la durée de vie est associé à une restriction calorique.

Débat (Cargo du Soir) :

Si l'on considère que jusqu'à présent l'évolution des espèces était dictée à une sélection « naturelle » des individus en fonction de l'adaptation de leurs caractéristiques ou phénotype à leur milieu de vie, on ne peut constater aujourd'hui que l'homme devient chaque jour un peu plus en mesure d'agir sur l'évolution du bagage génétique des individus, permettant désormais une adaptation ciblée de caractéristiques particulières.


On constate aussi que l'observation de ces résultats issus de ces techniques ne permet pas d'agir directement sur un individu précis, mais impose une sélection des individus et un croisement ciblé entre les individus nouvellement marqués, chez qui les effets sont peu visibles, donnant lieu à des individus génétiquement plus marqués au sein de la nouvelle génération.



L'idée qui vient à tout lecteur, est : Et si on appliquait cela à l'homme?



Je serais tenter de répondre pourquoi pas si finalement cela permet à nos descendants d'éviter des misères endurées jusqu'ici par le tout un chacun et de vivre mieux.

Les deux questions qui restent cependant en suspends pour l'homme, sont des questions fondamentales qui ne datent pas d'hier et dont la réponse dépend des valeurs que l'on se donne, et que chacun applique ou pas en accord avec son âme :

  • - la moralité de l'intention des auteurs de ces modifications apportées au génome humain,
  • - le caractère inacceptable de la solution d'une sélection organisée, ciblée des individus, qui va à l'encontre de toute idée de liberté, et de solidarité.

Les pratiques des assurances qui sélectionnent « leurs bons clients » à qui elles proposent de meilleurs tarifs montre bien que nous n'avons pas attendu la génétique pour se livrer à une sélection des individus.

La morale et la génétique ne sont pas sur des chemins identiques. Chacune des deux progresse à son rythme: la science progresse dans son savoir, les valeurs morales évoluent, parfois déclinent, ou se renforcent. Laissons les agir chacune en son domaine...

 

GLOSSAIRE :

enzymes

Les enzymes sont des macromolécules de nature protéique caractérisées par leur activité catalytique qui gouverne des réactions biochimiques spécifiques au sein de l’organisme. Du fait de leur nature protéique, les enzymes sont codées par des gènes présents dans le génome de l’organisme hôte et peuvent bénéficier de l’ensemble de la technologie de l’ADN recombinant à des fins de modification et d’amélioration si nécessaire.

gène
(nom masculin)
Elément des chromosomes par lequel sont transmis les caractères héréditaires de l'individu.
(Anglais: gene).

génotype
(nom masculin)
L'ensemble des gènes d'un individu, qui constituent son hérédité.
(Anglais: genotype).

métabolisme
(nom masculin)
Terme général désignant toutes les réactions par lesquelles les cellules d'un organisme produisent et utilisent l'énergie, maintiennent leur identité, et se reproduisent. Toutes les formes de vie, depuis les algues unicellulaires jusqu'aux mammifères, dépendent de centaines de réactions métaboliques simultanées et précisément régulées, pour leur permettre de survivre, de la conception à la mort, en passant par la croissance et la maturité. Chacune de ces réactions est initiée, contrôlée et achevée par des enzymes ou des catalyseurs chimiques spécifiques, et chaque réaction est coordonnée avec de nombreuses autres réactions à travers l'organisme.

phénotype
(nom masculin)
[biol.] Aspect observable de l'individu, conditionné par son génotype et le milieu environnant.
(Anglais: phenotype).

 



SOURCE :

 

LIVRES DU DOMAINE :

enzymes

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

RockallSeaBird

RockallSeaBird vous propose un vaste choix de livres neufs ou d'occasion. Les livres que nous vendons sont à un prix modéré comme nos frais d'envoi. Nous pouvons aussi acheter vos livres si ils vous embarrassent, nous saurons leur redonner vie
Voir le profil de RockallSeaBird sur le portail Overblog

Commenter cet article